J’ai choisi le nom de Sustainable Translations (« traductions durables », dirons-nous, pour faire court !) pour mon activité car mes domaines de prédilection [les droits des femmes, la santé et les droits sexuels et reproductifs, le développement international, l’action humanitaire et l’éducation] sont à mon avis les axes qui permettent de pérenniser nos sociétés.

Ma vocation de traductrice vient de mon souhait de contribuer à défendre les droits bafoués et de faciliter la communication entre celles et ceux dont les langues sont différentes.

Ainsi, par mon travail :

  • je contribue à faire entendre la cause de celles et ceux dont les droits essentiels ne sont pas respectés ;
  • je décuple les efforts de plaidoyer d’organisations ;
  • j’aide une ONG à mettre en place un projet dans un pays du Sud en permettant aux francophones sur place de se l’approprier ; et
  • j’élargis le champ des connaissances, compétences et capacités des membres du personnel francophone d’une organisation en permettant la diffusion de formations internationales.